Mes rêveries, ou Souvenirs d’un Belge ci-devant capitaine en France


PAR Auguste DURIEU – PARIS,CHEZ LES MARCHANDS DE NOUVEAUTÉS. 1824.

mes rêverieshttp://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58549546/f25.image.r=d%C3%A9partement%20belge%20.langFR

Je vous laisse le loisir de glisser sur ces mots d’un noble Capitaine qui, entourés de proses et de vers, charment l’esprit  et nous élève vers ces corps éthérés dont les mystères nous sont encore cachés d’obscures métaphores ! Si vous possédez le code qui nous permet d’approcher de la substantifique moelle désirée, n’hésitez-pas à m’écrire car cette langue d’oiseau m’est jusqu’à présent inconnue et ce texte recèle bien des mystères qu’il est à résoudre… Dans l’attente de vous lire ! Jacques JANSSENS


Patriae omnia vincit amor.


Tel qu’au miroir des eaux notre œil voit retracés
Les nuages en bas, les arbres renversés,
Ainsi dans le sommeil l’âme préoccupée
Obéit aux objets dont elle fut frappée ;
Ainsi la nuit du jour retrace le tableau,
Ainsi de nos pensées nos rêves sont l’écho :
Des songes toutefois la peinture bizarre
Souvent brouille, détruit, ou confond, ou sépare.
( DELILLE, Imagination.)

 PARIS, CHEZ LES MARCHANDS DE NOUVEAUTÉS -1824 – MES RÊVERIES.

 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13