Les fantassins des guerres Napoléoniennes – Collection Del Prado – 41 à 60


 http://genieminiature.com/Del%20Prado%20Figurines.htm#Fantassins-Napoleon

Une collection que Del Prado a consacré aux fantassins des guerres Napoléoniennes, reproduits au standard du 1/30ème, ou 54 mm. Elles furent commercialisées à raison d’une figurine chaque semaine chez votre marchand de journaux, ou en abonnement par lot de 4 chaque mois. Les figurines sont réalisées dans un alliage stable de plomb et de zinc, avec une finition remarquable, tant au niveau de moulage, que de la peinture. Chaque figurine est accompagnée à l’origine d’un fascicule détaillant le corps de cavalerie dont elle relève, ainsi que de nombreuses illustrations sur cette période…

41. Le canonnier de l’artillerie à pied de France en 1805…

gunner, pied français d'artillerie, 1805

https://www.google.be/search?q=canonnier+de+l%27artillerie+%C3%A0+pied&sa=X&biw=1366&bih=578&tbm=isch&tbo=u&source=univ&ei=CTdaVdvWF8iqywPfoICABw&ved=0CB8QsAQ

 42. Le cosaque de l’Oural de la cavalerie Russe de la période 1812/1814…

URAL Cosaque, cavalerie russe, 1812-14

Les Cosaques de l’Oural, ou Ouraliens, font partie des russophones de l’actuel Karakalpakistan. Ils forment un groupe ethnique dispersé, inclus dans un premier ensemble cosaque de l’Oural, lui-même intégré dans l’ensemble russe. Ce groupe ethnique est le résultat d’événements historiques qui se sont produits dans la seconde moitié du XIXe siècle chez les Cosaques russes de l’armée de l’Oural…

http://asiecentrale.revues.org/672

 
43. Le bugle du 18ème d’infanterie de ligne de France en 1809…

FRENCH BUGLER,18th, LINE INFANTRY,1809

Le 18e régiment d’infanterie (18e RI) est un régiment d’infanterie de l’armée française créé sous la Révolution à partir du régiment Royal-Auvergne, un régiment français d’Ancien Régime créé en 1597 sous le nom de régiment du Bourg de Lespinasse. Le bugle (en allemand « flügelhorn » et par extension « flugelhorn » en anglais1) est un instrument de musique à vent de la famille des saxhorns, sous-famille des cuivres mise au point par Adolphe Sax. Le modèle courant est celui en si. Il a théoriquement le même registre que la trompette en si, demande l’application des mêmes doigtés mais sa perce conique (caractéristique des saxhorns) rend l’accès au registre aigu difficile, et en fait un cuivre doux. Cette conicité lui donne une réponse rapide et surtout un son très doux et très « rond ». On retrouve cet instrument dans les brass-bands, les harmonies et les fanfares où il est utilisé pour ses qualités sonores dans le grave et le médium. Parfois, mais aujourd’hui de plus en plus rarement, un « petit bugle » en mi est utilisé pour des parties aiguës en fanfare, et parfois en harmonie (citons Florent Schmitt et ses Dionysiaques)…

http://fr.wikipedia.org/wiki/18e_r%C3%A9giment_d%27infanterie#Guerres_de_la_R.C3.A9volution_et_de_l.27Empire

 

44. Le sergent 95ème régiment des fusilier rifles en 1811…

Sergent, 95ème Rifles Regt. 1811

Le 95ème régiment de fusiliers de l’armée britannique, qui a opéré durant toutes les guerres du Premier Empire, fait figure d’exception à plus d’un titre. Créé en 1800, le régiment se distingue tout d’abord par la couleur de son uniforme : il s’agit à cette époque de la seule unité habillée de vert, en lieu et place du rouge traditionnel. La buffleterie est noire, et le plumet du shako vert foncé, contribuant à rendre ces combattants plus discrets…

http://www.armae.com/blog/the-95th-rifle-et-le-baker-rifle.html

 

 
 45. Le carabinier de la légion italienne de la période 1812-1815…

Carabinier légion italienne 1812-1815

La Légion de la Vistule (Legia Nadwiślańska) est une unité polonaise créée par décret de Napoléon Ier le 31 mars 1808 à partir de la Légion polonaise et italienne instituée un an plus tôt (en 1807) au sein du royaume de Westphalie de Jérôme Bonaparte. Elle fut dissoute le 18 juin 1813. Elle comptait initialement 5 467 soldats et ses commandants en chef furent le général Józef Grabiński (pl) puis (à partir du 7 juin 1808) le colonel Józef Chłopicki. Contrairement aux chevau-légers, c’était une formation composée plutôt de paysans, et les officiers étaient généralement de la petite noblesse.

http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9gion_de_la_Vistule

 
 46. Le général de brigade Robert Craufurd en 1810…

brigadier général robert Craufurd 1810

Le Major-général Crauford a été surnommé “Black Bob”. Le surnom est censé se référer à son habitude de maudire fortement lorsqu’il était contrarié. Son caractère, sa nature sont soumis à une discipline stricte et son visage est nettement sombre et lourd. Pendant la Première Guerre mondiale , une classe lord Clive moniteur a été nommé en sa mémoire, HMS général CraufordThe winter of 1810-1811, Craufurd spent in England, and his division was commanded in the interim by another officer. He reappeared on the field of the battle of Fuentes d’Onoro amidst the cheers of his men, and nothing could show his genius for war better than his conduct on this day, in covering the strange readjustment of his line which Wellington was compelled to make in the face of the enemy. A little later, he obtained major-general’s rank; and on 19 January 1812, as he stood on the glacis of Ciudad Rodrigo, directing the stormers of the Light Division, he fell mortally wounded. His body was carried out of action by his staff officer, Lieutenant Shaw of the 43rd, and, after lingering four days, he died”…

http://en.wikipedia.org/wiki/Robert_Craufurd

 

 

 47. Le sergent d’artillerie de marine d’Espagne en 1797…

SERGENT ARTILLERIE MARINE ESPAGNE

https://books.google.be/books?id=58xTAAAAcAAJ&pg=PA342&lpg=PA342&dq=sergent+d%27artillerie+de+marine+d%27Espagne&source=bl&ots=CiCQ5lN8SP&sig=p0suwsOKkMAl89qmHnLgfPi0SWI&hl=fr&sa=X&ei=VQlbVeGUKcuasgHE_IDwDQ&ved=0CDwQ6AEwBg#v=onepage&q=sergent%20d%27artillerie%20de%20marine%20d%27Espagne&f=false

 
 48. Le sous officier grenadier allemand en 1805…

SOUS-OFFICIER GRENADIER ALLEMAN 1805

 

 
 49. L’officier supérieur des lanciers de Seville en 1811…

OFFICIER SUPERIEUR LANCIER SEVILLE

https://books.google.be/books?id=kVjVv_tCDGMC&pg=PR4&lpg=PR4&dq=lancier+de+Seville+espagnole+de+l%27+arm%C3%A9e+de+Joseph&source=bl&ots=bVPLwVOFjD&sig=tvcTxND-CRvubuIoGO4IN0z0kQ0&hl=fr&sa=X&ei=SQ9bVcnULqHmywO-kYKgAw&ved=0CEwQ6AEwBg#v=onepage&q=lancier%20de%20Seville%20espagnole%20de%20l%27%20arm%C3%A9e%20de%20Joseph&f=false

 
 50. Le mousquetaire d’infanterie de réserve en Prusse, en 1813…

MOUSQUETAIRE INF RESERVE PRUSSE 1813

…Scharnhorst plaida en faveur de l’adoption de la levée en masse, le système de conscription militaire créé par la France. Il créa le Krümpersystem, par lequel les compagnies remplaçaient 3 à 5 hommes tous les mois, permettant de former chaque année 60 hommes supplémentaires par compagnie. Ce système garantissait à l’armée une réserve de trente à cent-cinquante mille hommes. Le Krümpersystem devint aussi l’embryon du service obligatoire de courte durée, qui s’oppose à la conscription de long terme antérieurement utilisé. Du fait de l’occupation française qui avait interdit la formation de divisions, l’armée prussienne fut divisée en six brigades, chacune constituée de sept à huit bataillons d’infanterie et douze escadrons de cavalerie. Les brigades combinées furent renforcées par trois brigades d’artillerie. Les punitions corporelles furent à peu près abolies, et les soldats furent à nouveau entraînés sur le terrain et en suivant la tactique du tirailleur. Scharnhorst promut l’intégration de l’infanterie, de la cavalerie et de l’artillerie dans des armes combinées, à l’opposé de leur tradition d’indépendance. Les équipements et la tactique furent mis à jour à l’aune de la science des campagnes napoléonienne. Le manuel de campagne publié par Yorck en 1812 insista sur les armes combinées et l’accélération de la vitesse de déplacement. En 1813, Scharnhorst réussit à nommer un chef d’État-major entraîné à l’académie auprès de chaque commandant de division….

http://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_prussienne

 

 
 51. Le conducteur train d’artillerie en France en 1807…

Conducteur train d'artillerie, France 1807

Sous l’empire, une importante société, la « compagnie Breidt », fournissait les voitures, conducteurs et attelages de chevaux à l’armée mais elle déçût tellement Napoléon durant la campagne d’Eylau qu’il fût incapable de manœuvrer comme il l’entendait. Par conséquent, il décida que le transport logistique devait être pris en charge par l’armée et il créa le corps du train ». Napoléon en donne ainsi l’organisation qu’il lui souhaite: « je voudrais former des bataillons de transport des équipages militaires. Chaque bataillon aurait un conseil d’administration, et serait commandé par un homme ayant rang de capitaine dans la ligne. Chaque compagnie pourrait être composée de trente-deux caissons attelés de quatre chevaux chacun et conduits par deux hommes … Ainsi il y aurait dans une compagnie 32 caissons, 128 chevaux de trait et 64 hommes. On y ajouterait une forge de campagne, une voiture de rechanges de harnais et d’approvisionnements de réparations pour les caissons. Chaque compagnie serait divisée en quatre escouades chacune de huit caissons et commandée par un maréchal des logis chef. Six compagnies pourraient former un bataillon, qui se trouverait ainsi composé de 192 voitures, 78 chevaux et 384 hommes ».

http://fr.wikipedia.org/wiki/Service_du_train_dans_l%27arm%C3%A9e_napol%C3%A9onienne

 52. Le sergent de la garde à pied anglais en 1801…

Le sergent de la garde à pied anglais en 1801

Les Welsh Guards, gardes gallois, constituent l’un des cinq régiments d’infanterie de la Garde du souverain britannique (les Royal Foot Guards) de la British Army. Le colonel est le Prince de Galles.

L’infanterie de la Garde du souverain se compose de 5 régiments :

  • Les Grenadier Guards sont issus du Régiment de Lord Wentworth, levé en 1656, chargé de la garde rapprochée du roi Charles II alors en exil en Belgique. L’appellation actuelle date de 1877. C’est le premier régiment des gardes.
  • Les Coldstream Guards, gardes anglais créés en 1661, sont issus du régiment levé par le général George Monck en 1659 dans la ville de Coldstream, à la frontière de l’Angleterre et de l’Ecosse. L’appellation actuelle date de 1855. C’est le deuxième régiment des gardes.
  • Les Scots Guards, gardes écossais, sont issus du Régiment Royal du Marquis d’Argyll levé en 1642. L’appellation actuelle date de 1877. C’est le troisième régiment des gardes.
  • Les Irish Guards, gardes irlandais, sont créés en 1900 en récompense de la bravoure des Irlandais pendant la deuxième guerre des Boers en Afrique du Sud (du 9 octobre 1899 au 1er juin 1902). C’est le quatrième régiment des gardes.
  • Les Welsh Guards ont été créés en 1915. C’est le cinquième régiment des gardes.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Welsh_Guards

 
53. Le maréchal des logis du 2éme cuirassier français en 1806…

CUIRASSIERS,SERGEANT,2nd CUIRASSIERS,1806

maréchal et logis. Cette appellation provient du fait que le militaire porteur de ce grade était responsable des écuries.Le 2e régiment de cuirassiers (ou 2e RC) est une unité de cavalerie, puis de l’arme blindée-cavalerie de l’armée française. Le régiment Cardinal-Duc figurait en tête de la liste des douze régiments de cavalerie créés par la même Ordonnance du 16 mai 1635. C’est pourquoi l’on peut dire que, par ses origines, le 2e Cuirs était le plus ancien des régiments de l’armée blindé cavalerie actuels.

http://fr.wikipedia.org/wiki/2e_r%C3%A9giment_de_cuirassiers

 54. Le sergent Major Brunswick en 1815…

SERGENT MAJOR BRUNSWICK 1815

La Schwarze Schar, originellement Herzoglich Braunschweigisches Korps (Corps du duché de Brunswick) ou Schwarze Legion (Légion Noire), et plus tard par les Britanniques Black Brunswickers, est un corps franc créé le 1er avril 1809 par Frédéric-Guillaume de Brunswick-Wolfenbüttel, le Duc Noir, durant la Cinquième Coalition, pour se battre sur différents lieux de bataille contre Napoléon Ier et l’armée française. Le corps franc, qui se donne comme nom la “nuée de la vengeance” et comme devise “La victoire ou la mort”, porte comme une insigne un crâne argenté avec deux os de membres croisés sur le shako. Cette insigne était déjà porté sur le shako du régiment de hussards prussien commandé par Daniel Friedrich von Lossow (de). Le duc Silve de Wurtemberg-Œls (de) est membre de l’Ordre de la Tête de mort. Les deux symboles inspirent le Duc Noir.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Schwarze_Schar#Membres_c.C3.A9l.C3.A8bres_de_la_Schwarze_Schar

 

 55. Le maréchal Berthier en tenue de chef d’état major, vers 1812 ou 1813…

Marshal Berthier, France 1812-13

Berthier fait partie de la promotion de maréchaux de 1804 et est nommé Grand veneur la même année. Comblé de faveurs, il obtient la principauté de Neuchâtel en 1806, est nommé vice-connétable de l’Empire en 1807 et enfin prince de Wagram en 1809. Il fait toutes les campagnes de Napoléon comme major général de l’armée. À Marengo, Austerlitz et Iéna, il remplit avec le plus grand zèle les importantes fonctions de chef d’état-major, et contribua puissamment, en 1809, à la victoire de Wagram. Il représente Napoléon, à Vienne, au mariage avec Marie-Louise. Durant la campagne de Russie, il tente de convaincre Napoléon de ne pas poursuivre vers Moscou. Il donne alors sa démission et est disgracié. Enfin, durant la campagne de France, il est blessé d’un coup de lance sur la tête au combat de Brienne, le 29 janvier 1814

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis-Alexandre_Berthier

 56. Le capitaine west Norfolk du 54ème régiment d’infanterie anglais en 1815…

OFFICER,54th WEST NORFOLK REGIMENT,1815

Selon Tarlier et Wauters, Géographie et histoire des Communes belges, Bruxelles (1859), il y avait encore, vers 1830, au cimetière de Braine l’Alleud la tombe du Capitaine Crofton du 54th Foot, tué à Waterloo. En 1859, elle n’existait plus. La pierre payée par sa femme Harriet aurait été brisée lors du transfert du cimetière, qui se trouvait autour de l’église. Le Capitaine Crofton, avait obtenu ce grade au 54th (West Norfolk) Regiment of Foot le 16 mars 1809. Il occupait la fonction de Major de Brigade à la 3e brigade (hanovrienne) du Général Sir Colin Halkett, de la 2e Division de Clinton. Walter Crofton était Irlandais et laissa une veuve et quatre orphelins. Sa veuve, née Wauchope, toucha une pension annuelle de £100. Le Rt. Hon. Sir Walter Frederick Crofton, né en 1815, un célèbre pénaliste, était un de ses fils. Walter Crofton ne figure pas dans le Peninsula Roll Call.

http://napoleon-monuments.eu/Napoleon1er/1815WaterlooTombesUK.htm#Crofton

 57. L’officier chasseur à cheval de la garde impériale en 1809…

chasseurs a cheval, imperial Gua

Les chasseurs à cheval de la Garde impériale sont une unité de cavalerie légère de la Garde impériale. Elle prend pendant les Cent-Jours la dénomination de 1er régiment de chasseurs à cheval de la Garde impériale. Le régiment appartient à la Vieille Garde et est formé sous le Consulat sous le nom de guides de la Garde des consuls. Il fournissait ordinairement l’escadron de service auprès de l’Empereur, assurant son escorte lors des déplacements et sur le champ de bataille.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chasseurs_%C3%A0_cheval_de_la_Garde_imp%C3%A9riale

 
 58. Le soldat trompette du 5ème hussard d’Autriche en 1805…

TROMPETTE du 5ème HUSSARDS, France,1805

http://figurine-empire1804-1815.over-blog.com/article-les-hussards-autrichiens-114241504.html

 
 59. Le tambour major du royaume de Wesphalie en 1810…

TAMBOUR-MAJOR ROYAUME WESTPHALI 1810

Le royaume de Westphalie fut formé par Napoléon Ier en 1807, dans le but d’offrir au reste de l’Allemagne le modèle d’un État constitué d’après les principes essentiels de la Révolution française.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Royaume_de_Westphalie

 60. L’officier du 18ème de hussard anglais en 1814…

OFFICIER DE HUSSARDS G.B. 1814

le « Journal » du lieutenant George Woodberry. L’auteur est né le 13 avril 1792. Il s’engage tout d’abord dans le 10ème régiment d’infanterie, puis au 18ème de hussards. A l’âge de 21 ans il s’embarque avec ce régiment pour le Portugal. Nous sommes le 17 janvier 1813. Georges Hélie dans sa  préface, nous apprend qu’il est blessé à la bataille de Vitoria, le 21 juin 1813. Nous retrouvons Woodberry comme sous lieutenant en 1814 lors de la bataille de Toulouse. Le 18ème hussards se dirige après sur Calais, via Bordeaux et Calais où une partie du régiment regagne l’Angleterre ; George Woodberry se retrouvera l’année suivante encore face à la Grande-Armée : ce sera lors de la campagne de Belgique… Il est présent à Waterloo où, comme l’écrit G. Hélie : « Placé à l’extrême gauche de l’armée anglaise avec toute la cavalerie de Sir H. Vivian, il ne prend part à l’action qu’à la fin de la journée, au moment de l’arrivée de Blücher, ce qui lui permet d’observer et d’en donner une description exacte ».  Les passages qui suivent sont tirés de son « Journal » et permettent de le suivre au cours de son itinéraire…

http://www.napoleonicsociety.com/french/woodberrybourachot.html