Les Cent-Jours le 20 mars 1815


Les cent jours volume1 ( 1820) Baron Fleury de Chaboulonpage de garde1page de garde2
Les_cent_jours volume2 (1820 – Baron Fleury de Chaboulon)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cent-Jours

Louis XVIII quitte le palais des tuileries nuit du 19 au 20 mars 1815 Les Cent Jours Napoléon Bonaparte

Le 20 mars, le général Haxo qui pense rejoindre Louis XVIII, trouve les Tuileries quasiment désertes.

Gravure de 1840 – propriété personnelle

À 7 heures, Lavalette a pris la direction de la Poste et prévient les maîtres de postes que l’Empereur sera là avant deux heures et donne l’ordre de ne plus fournir de chevaux sans autorisation. Lavalette interrompt la publication du Moniteur universel. Aux Tuileries, le ministre des Finances laisse 50 millions dans les coffres. L’Empereur est en route pour Paris.

Arrivée de Napoléon Le Grand aux Tuileries

http://napoleon-livre.com/photos_portraits/cents-jours-retour/napoleon-grand/napoleon-bonaparte-retour-ile-elbe.jpg

20 mars 1815 / Rentrée de Napoléon aux Tuileries
“20 mars 1815 / Rentrée de Napoléon aux Tuileries”. Grav. sur bgois (ill. de livre), 1875, d’ap. dessin de Félix Philippoteaux (1815–1884).

 À Paris à h 20, le drapeau tricolore flotte aux Tuileries, sur le dôme de l’Horloge aux Invalides à h 30. À h 45, au lycée Louis-le-Grand, Sadi Carnot par la fenêtre voit le drapeau hissé au sommet de la colonne Vendôme. Napoléon entre dans la capitale.

Les réactions au retour de l’Empereur

Le 18 mars, aux Pays-Bas, le prince d’Orange, souverain des Pays-Bas depuis quelques mois, publie une patente où il déclare prendre les titres de roi des Pays-Bas et duc du Luxembourg. À Bruxelles, il passe en revue les troupes, qui lui prêtent serment. La foule regarde passer l’état-major hollandais et vers le soir, les troupes descendent, ouvrir la voie aux alliés anglais annoncés. Ils passent par une chaussée pavée dans un village, comme tous les autres villages, Waterloo.

Les généraux Maison et Dessolles, fidèles au roi, viennent dire à Blacas, favori du roi, qu’ils se tiennent prêts à sacrifier leur vie en attaquant Napoléon. Mais que leur résistance ne serait jamais pardonnée et qu’en cas d’échec ils perdraient leur fortune et devraient s’exiler. Il leur fut compté à chacun 200 000 francs. La Bourse de Paris tombe à 66 francs, étant à 78 le 5 mars.

Autre débandade, chez les Libéraux, anciens conventionnels, ralliés et assis entre deux chaises, on s’esquive : La Fayette rentre en Auvergne. Madame de Staël ferme son salon.
Dans ce désarroi, Chateaubriand suggère de se ranger autour du roi pour se faire égorger. Seule Juliette Récamier garde la porte ouverte et Benjamin Constant, qui vient de terminer son Adolphe, écrit un article qui paraîtra dans Le Journal des débats : « Il reparaît, cet homme teint de notre sang ! cet Attila… »

Toujours le 18 mars, en Italie, Murat se met en marche pour Rome.

Le 20 mars, à Vienne, en Autriche, l’Aiglon s’apprête à fêter ses 4 ans. À l’annonce du débarquement de son père, on lui a fait quitter le château de Schönbrunn pour le palais froid de la Hofburg plus facile à surveiller. Les sentinelles sont doublées et habillées en domestiques, avec ordre de surveiller les trois Français qui restent et qui ne vont pas tarder à partir, Madame de Montesquiou, Méneval et Bausset.

Le général Neipperg fait ses adieux à Marie-Louise. Il part prendre la tête d’une division en Italie contre le beau-frère Murat.

Ce même jour, à Londres, à la Chambre des communes, Samuel Whitbread, leader des Whigs, opposants à la lutte contre la France, se lève pour poser des questions au tout puissant Castlereagh, Premier ministre, qui vient de rentrer du Congrès de Vienne. « Est-ce bien le moment de relancer l’Angleterre dans une guerre sur le continent qui achèvera de nous épuiser ? Votre célèbre assemblée de Vienne a tant fait qu’elle a ramené Bonaparte sur la scène politique, elle l’y ramène investi d’une nouvelle force morale sur ses adversaires. Je voudrais savoir si les Puissances n’ont pas donné elles-mêmes à Bonaparte des sujets légitimes de plainte ? Le traité de Fontainebleau a-t-il été violé ? A-t-on refusé de payer la pension qu’on lui avait promise ? A-t-on essayé d’enlever au jeune fils de Bonaparte les duchés de Parme ? Si Bonaparte triomphe, il est vraisemblable que de grands revers lui auront mieux appris à juger ses véritables intérêts et que par conséquent, l’Angleterre pourrait rester en paix avec lui. »

http://rcf.fr/culture/les-100-jours-de-napoleon-15

Napoléon retour de l'île d'ElbeRevivez le retour au pouvoir ou plutôt “le dernier sursaut” de Napoléon avec Véronique Alzieu et son invité, Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon.

Le 1er mars 1815, Napoléon, qui vivait une sorte d’exil sur l’ile d’Elbe, débarque sur les côtes françaises, déterminé à reprendre le pouvoir. Son retour durera 100 jours et aboutira à la terrible défaite de Waterloo qui signera la fin définitive de la vie politique de l’empereur. Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon, retrace ces 100 jours déterminants pour la France et pour l’Europe.

Le Cent-jours et anecdotes

  •  En Belgique, c’est une tradition relativement récente (40ans), fêter les 100 jours qu’il reste aux rhétos avant de terminer leur cursus secondaire ou baccalauréat.
  • Le percent est une tradition des lycéens en France qui précède de 100 jours le début des épreuves du baccalauréat. c’est une manière de célébrer la fin de l’enseignement secondaire, mais aussi de marquer le début des révisions avec une journée de décompression.

https://bibliomab.wordpress.com/2012/02/15/vivement-la-quille-le-pere-cent-au-service-militaire/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Percent

  • Au temps du service militaire obligatoire, une tradition festive existait également parmi les recrues de l’armée, cent jours avant la fin de leur service. Quelques semaines avant un faire-part humoristique était envoyé à la famille, amis, villageois, etc. pour recueillir un peu d’argent.

    Le vrai Percent remonte au temps du service militaire, qui serait à l’origine du percent des lycéens. C’est la fête par excellence des « Libérables », elle a lieu à cent jours de la « libé », la fin du service militaire. Le père cent est symbolisé, aussi, par un terme plus récent : “La Quille, locution qui est apparue en 19362,3. D’où la phrase exclamative : La Quille bordel”4.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ast%C3%A9rix_en_Corse

  • Dans la culture populaire, dans l’album d’Astérix Le Cadeau de César, un jeune soldat romain se vante d’avoir déjà fêté le père MMMMMMD, c’est-à-dire qu’il ne lui reste plus que 6500 jours d’engagement (leur engagement étant de 20 ans). Dans l’album Astérix en Corse, Ocatarinetabellatchitchix est une allusion à Napoleon Ier qui était lui-même corse (pages 38 et 45). Notamment, il déclare à Suelbernus : « pour que les Corses acceptent un empereur, il faudra qu’il soit corse lui-même ». Il met à ce moment-là la main droite dans son gilet. Il parlera également, montrant les colonnes des révoltés corses, de « ses grognards », ainsi que du « sommeil d’Osterlix » (soleil d’Austerlitz), un de leurs chefs.