Mont-Saint-Jean : 6-7 juillet 1794


Vu le succès rencontré par « Mont-Saint-Jean : 6-7 juillet 1794 » au Musée Wellington, la Commune de Braine-l’Alleud vous propose de retrouver pour quelques jours le meilleur de cette exposition, qui sort de la thématique 1815. En effet, si tout le monde connaît la Bataille de Waterloo qui met un point final à une période agitée, peu de gens savent que ce lieu avait déjà vu s’affronter des armées françaises et coalisées en juillet 1794.

Ces combats s’inscrivent dans les guerres de la première coalition de pays européens contre la France. Ils font suite à la Bataille de Fleurus du 26 juin 1794 gagnée par les Français sur l’armée alliée des Austro-Hollandais.Affichage de 4.7.JPG en cours...

Refluant de toute part, ces derniers vont notamment tenter de protéger Bruxelles en repliant une partie de leurs troupes sur le plateau de Mont-Saint-Jean, y compris, à l’intérieur du château-ferme de Hougoumont. Ce sont d’ailleurs ces troupes, composées en partie d’émigrés français, qui vont fortifier le château-ferme et percer des meurtrières dans le mur du verger que l’on découvre encore aujourd’hui.

Réalisant qu’il leur faudra se concentrer au-delà de la Meuse, les Austro-Hollandais amorcent un mouvement de repli au début de juillet 1794 à partir de Braine- l’Alleud.

Toutefois, la progression rapide des armées françaises vers le nord amène les alliés à devoir combattre sur le plateau de Mont-Saint-Jean.  Défaits, les Austro-Hollandais laissent le champ libre aux Français qui peuvent ainsi occuper Bruxelles et préparer l’annexion des Pays-Bas autrichiens à la France.

La localité de Braine-l’Alleud a été en première ligne lors des journées des 6 et 7 juillet 1794. Les coalisés avaient établi une solide position de résistance sur celle-ci. Devant la ville se trouvaient des redoutes en terre.

Affichage de 4.3;b et c.JPG en cours...

Des témoins existent encore aujourd’hui :

  • La maison où eut lieu le conseil de guerre du 1er juillet 1794, réunissant le Prince de Cobourg, le duc d’York, le prince héritier Guillaume Frédéric d’Orange-Nasseau et les principaux généraux autrichiens. Il s’agit de la maison située Grand-Place Baudouin Ier à côté de l’hôtel communal.
  • L’ancien manoir,   connu sous le nom de Château de Braine-l’Alleud. C’est en effet là que s’est retranchée à la fin de la journée, une partie des troupes du prince héritier. C’était un ensemble irrégulier de bâtiments entourés de grands fossés remplis d’eau. Il a presque été entièrement démoli en 1810. Actuellement il ne reste d’ailleurs plus qu’un large mur de deux mètres de haut, de forme circulaire, vestige d’une tour, situé rue des Tisserands.
  • L’église Saint-Étienne qui date de 1551. Elle sera, sous la république française, désaffectée et transformée en temple de la Déesse Raison puis en salle de réunion jusqu’au Concordat de 1801. (Le soir du 18 juin 1815 elle sera transformée en hôpital.)

Pour se souvenir de cette bataille oubliée de Braine-l’Alleud, n’hésitez pas à pousser la porte de cette exposition exceptionnelle, visible uniquement du 16 au 18 juin. Vous y découvrirez de nombreux objets d’époque, accompagnés de panneaux explicatifs.

L’exposition est le fruit d’une collaboration entre la Commune de Braine-l’Alleud et Philippe Charlet, grand passionné d’histoire et collaborateur à la revue « Traditions » et aux éditions « Historic ‘one ».

Infos pratiques

Exposition visible du 16 juin au 18 juin 2017.

De 10h à 17h.

Adresse : 14, Grand-Place Baudouin Ier  à 1420 Braine-l’Alleud

Entrée libre

Affichage de 18766563_1494532647257365_6989366036288763504_o.jpg en cours...