Escadron Napoléon


Uniforms by LepicP1010236

“Après l’abdication de l’Empereur, la quasi-totalité du corps regagne la Pologne à l’exception d’un escadron sous le commandement de Jerzmanowski qui accompagne Napoléon sur l’île d’Elbe et charge aux côtés des lanciers rouges à Waterloo. Cet escadron est définitivement dissous le 1er octobre 1815.”

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lanciers_polonais_de_la_Garde_imp%C3%A9riale

La cavalerie est composée des chevau-légers polonais, auxquels se sont joints quelques chasseurs à cheval et mameluks (5 cavaliers, 2 sous-officiers et le lieutenant Séraphin). Le major commandant Jerzmanowski, grand seigneur, d’une “haute supériorité” forme deux compagnies : une compagnie montée de 22 chevaux, capitaine Schultz, bon géant de six pieds neuf pouces; une compagnie de 96 chevau-légers démontés, commandés par le capitaine Balinski, jeune officier de 30 ans, au service de la France depuis 1807, blessé à Wagram, légionnaire en 1813; 35 de ses braves ont versé leurs chevaux aux écuries de l’Empereur et sont mis à la disposition du capitaine Cornuel, de l’artillerie de la Garde, déjà à la tête de 43 canonniers. L’escadron reçoit un étendard aux couleurs de l’île d’Elbe; taffetas de soie à fond blanc barré en diagonale d’écarlate. Sur la barre écarlate de 20 cm de large il y a trois abeilles brodées en soie jaune de 13 cm de large sur 9 cm de haut. On lit sur le blanc l’inscription brodée en soie cramoisie : “Chevau-légers polonais, Escadron Napoléon” et de l’autre côté l’N couronné brodé en soie jaune, dont la forme caractérise l’équipement des chevau-légers-lanciers de la Garde. L’Empereur met la cavalerie sous les ordres du “chef d’escadron Roul”.P1010237
Hampe peinte en spirales blanches et cramoisies terminée par une pique simple. Il est possible que cet étendard de dimensions 58 cm x 58 cm ait eu une frange à l’origine. Cravate formée par deux bandes cramoisies et blanches ornées à l’extrémité inférieure de trois abeilles et d’une frange, cordons et glands. (H. LACHOUQUE et P. CHARRIE)
Les lanciers polonais et assimilés sont casernés au Fort du Faucon tandis que leurs officiers se trouvent en logés en contrebas des Mulini. L’étendard se trouve conservé au musée de l’Armée à PARIS (Claude Gaubert et Miguel Moutoy)

12313626_1525806047743588_106075058163369815_n

Uniforms by Lepic

le “bataillon Napoléon”, garde de l’Empereur sur l’île d’Elbe.  http://passionnapoleon.xooit.com/t507-Bataillon-Napoleon.htm

Lanciers polonais de la Garde impériale

“Le bataillon Napoléon, aux ordres du chef de bataillon Malet, comprend un état-major et six compagnies, en tout, 607 grenadiers et chasseurs de Vieille Garde. Le bataillon reçoit un drapeau sommé d’une aigle, et dont la tablier est blanc traversé diagonalement d’une bande rouge portant trois abeilles d’or. La cavalerie est composée des chevau-légers polonais, auxquels quelques chasseurs à cheval et mameluks, 5 cavaliers, 2 sous-officiers et le lieutenant Séraphin, se sont joints. Le major commandant Jerzmanowski, grand seigneur, d’une “haute supériorité” forme deux compagnies : une compagnie montée de 22 chevaux, capitaine Schultz, bon géant de six pieds neuf pouces; une compagnie de 96 chevau-légers démontés, commandés par le capitaine Balinski, jeune officier de 30 ans, au service de la France depuis 1807, blessé à Wagram, légionnaire en 1813; 35 de ses braves ont versé leurs chevaux aux écuries de l’Empereur et sont mis à la disposition du capitaine Cornuel, de l’artillerie de la Garde, déjà à la tête de 43 canonniers…. La “compagnie Napoléon” est formée de 21 marins de la Garde…Ce corps de la Garde en miniature est placé sous la haute autorité du général Cambronne…Le général Drouot est gouverneur de l’Île…”

Source : “Napoléon et la Garde Impériale” par le cdt Henry Lachouque.