Avec Napoléon à l’île d’Aix par Claudine Clabots


Claudine et F.SamsonJ’ai eu la chance de rencontrer Claudine Clabots à travers son livre « Napoléon, Marie et Alexandre, la « famille » polonaise »; la Bourse Napoléonienne organisée par le Bataillon Napoléon (voir agenda pour la prochaine le 08/11/2015) fut un court moment d’échanges mais nous continuons à nous écrire régulièrement et je trouvais intéressant de partager son voyage à l’île d’Aix qui nous donne envie de voyager sans devoir faire la traversée vers le “zoo humain” que devient l’île Sainte-hélène. J’en profite pour signaler qu’il y a actuellement une exposition à Verviers sur Napoléon, sa vie à travers les femmesDans le monde Napoléonien d’aujourd’hui, les femmes ne sont que trop rarement mises en avant et pourtant ce n’est pas faute d’écriture! Place au verbe et aux émotions….Merci Claudine pour ce partage…Jacques JANSSENS

Texte de Claudine Clabots :

Fouras

FourasVille

Centre-ville de Fouras (Wikipédia)

Belle station balnéaire offrant tout le confort. Elle est embellie par les villas fleuries, les pinèdes ombragées. Les plages de sable y sont tranquilles. Cette presqu’île s’étend sur quatre kilomètres et possède trois ports protégés des fortes houles.

Nous sommes invités ici pour commémorer le départ de l’Empereur vers son dernier territoire : l’île Sainte-Hélène. Fouras est le lieu où l’eau de Cologne tant appréciée par Napoléon Ier est encore fabriquée par la maison Gestor. C’est la formule découverte par un valet de l’Empereur à Sainte-Hélène qui sert encore ! On la trouve à l’Office de tourisme. Le 8 juillet 1815, Napoléon embarquait depuis Fouras pour l’île d’Aix. On y retrouve le bivouac avec 250 reconstitueurs en uniforme et Franck Samson, qui incarne pour la dernière fois le personnage de l’Empereur. Des défilés dans les rues, des prises d’armes, des tirs aux canons, et un long discours d’adieu à la population, tout nous replonge dans l’histoire qui a marqué tous ces territoires à jamais.

L’île d’Aix
La traversée se fait en bac et dure 25 minutes. Le prix aller/retour est assez élevé (voir le site service-maritime-iledaix.com) mais vaut la peine. Le touriste débarque dans un petit paradis protégé de la folie du monde. Les voitures y sont interdites et le vélo est roi. C’est amusant d’observer, le week-end et les vacances, un incessant ballet de vélos qui circulent en toute liberté. Pas de feu ni de sens interdit : le rêve ! Les enfants adorent cette liberté retrouvée. Le village, qui ne regroupe que 80 habitants en hiver, est parsemé de roses trémières qui poussent partout.
L’île était désertée suite à la fermeture de l’arsenal rochefortais en 1927. Un couple passionné par ce beau décor décide, en 1930, de redonner vie à l’île. Il s’agit du baron et de la baronne Gourgaud. Lui est descendant de Gaspard, le fameux aide de camp de Napoléon, qui accompagnera son maître jusqu’à Sainte-Hélène, après lui avoir à plusieurs reprises sauvé la vie. Il fut choisi pour porter au Prince-Régent d’Angleterre la supplication de l’Empereur, déchu après 1815, mais il était trop tard.

Le musée napoléonien
L'île d'AixLes vaisseaux français aux prises avec les brûlots ennemis, 11 avril 1809 au soir. Peinture de Louis-Philippe Crépin. (Wikipédia)

C’est dans cette maison que s’est installé Napoléon entre le 12 et le 15 juillet 1815 pour son dernier séjour en terre française. Il espérait partir en Amérique mais ses projets sont tombés en quenouille. Il a alors dû monter sur un bateau anglais, le Bellérophon, pour ne plus jamais revenir. Le musée est un lieu de mémoire très touchant. On y retrouve énormément de souvenirs originaux de l’Empire. Des tableaux racontant la fameuse épopée des « brûlots » nous apprennent que les Anglais avaient, en 1809, projeté des fagots brûlants sur les navires français. Quatre ont totalement flambé. La marine française y perdra aussi 350 précieux canons. Toutes les pendules du musée sont arrêtées sur une heure précise, 17h 49, l’heure de la mort de Napoléon le 5 mai 1821. Napoléon était passionné par les belles pendules sculptées bien qu’il fut souvent en retard à ses rendez-vous !

Le musée africain

Dromadaire-BonaparteDromadaire attribué par la légende au général Bonaparte. (Wikipédia)
Il regroupe des œuvres collectionnées par le baron Napoléon Gourgaud. Des animaux merveilleusement naturalisés se dressent dans des scénographies très réussies. Les insectes y sont aussi présents et tout y est passionnant et très éducatif. On y retrouve aussi des collections de trophées, des sculptures africaines, des objets ethnographiques que le baron a ramenés de ses expéditions en Afrique. Le taxidermiste londonien Rowland Ward y a fait un très bon travail. Le ticket d’entrée est jumelé avec celui du musée napoléonien. Un animal inattendu trône : le dromadaire qui était -du moins le prétend-on – la monture de Napoléon lors de la campagne d’Egypte. Ramené vivant en France sur ordre de l’Empereur, il mourut dans une ménagerie de Paris et fut naturalisé. Un autre animal fantastique, le dodo, ou dronte de Maurice, impressionne par sa taille. Il mesurait environ un mètre et pouvait peser 20 kilos. On comprend que cet oiseau était inapte au vol. Il fut exterminé au XVIIe siècle par l’homme. C’est un des seuls exemplaires encore visible en Europe. Gourgaud a beaucoup fait pour Aix et ce musée en est un bel exemple.

La maison de la nacre

NacreMAISON DE LA NACRE (photo de l’Office du tourisme)
Le dernier nacrier de France se fera un plaisir de vous décrire ses techniques de travail. Il vous confiera les secrets de plus de 60 ans d’expérience au service de cette superbe matière rare et noble. Cette entreprise fera vivre la majorité de l’île pendant environ 40 ans. C’est une réelle spécialité. Le musée, unique en son genre, est un réel enchantement. Laissez-vous tenter par cette fascinante matière !

Le fort Liédot

LiédotFort Liédot. Panoramique façade sud-ouest avec l’entrée. (Wikipédia)

Construit comme le fort Boyard, à l’initiative de Napoléon Bonaparte, il est enfoui dans le sol et est le cadre d’expositions dont « les mystères du Fort Boyard » jusqu’au 1er novembre 2015. La construction de ce fort avait duré 24 ans. Il servit de moyen de défense, puis de prison, notamment pour Ahmed Ben Bella, le futur président de la République de Tunisie. Ce dernier y fut emprisonné de 1959 à 1961. Il sert ensuite de colonie de vacances, avant de devenir l’actuel musée.

Derrière le cimetière, à partir du passage de la batterie de Tridoux, on a une très belle vue sur les plages et le sémaphore.

L’île d’Aix, de 3 km de long sur 700 mètres de large, est inscrite sur la liste des « sites naturels remarquables », et mérite le détour. J’y ai vécu des moments intenses lors du feu d’artifice donné la veille du 14 juillet, et qui commémorait le départ de l’Empereur vers une terre hostile. Il quittait pour toujours cette terre chérie, la France, pour laquelle il avait espéré des jours meilleurs. Sa vie défilait alors qu’il embarquait et son funeste destin lui apparaissait. Je ne peux que me remémorer les mots inscrits sur le musée d’Aix « A la mémoire de notre immortel empereur Napoléon Ier, le 15 juillet 1815. Tout fut sublime en lui, sa gloire, ses revers, et son nom respecté plane sur l’univers ».
C’est un personnage fréquemment, et à juste titre, critiqué, mais on ne peut nier l’évidence : il a réalisé en peu de temps de grandes choses. Il suffit pour s’en rendre compte de parcourir mon roman historique « Napoléon, Marie et Alexandre, la « famille » polonaise ». J’ai eu largement le temps de découvrir cet être exceptionnel, et mon séjour à Aix n’a fait que me confirmer dans mon admiration.
Pour découvrir mon bel ouvrage, envoyez-moi un mail : clabots.c@belgacom.net. Je me ferai un plaisir de le dédicacer. Il est aussi disponible à la librairie de la gare de Waterloo, au musée Wellington, à la Maison du tourisme, au dernier QG de Napoléon, et à la ferme de Mont-Saint-Jean.

Pour toute information, vous pouvez vous adresser à Rochefort Océan, où des personnes charmantes et très compétentes vous fourniront toutes les informations nécessaires : rochefort@rochefort-ocean.com – tél. 0033(0)54699086. Rochefort est dans le Poitou Charentes. Bon voyage dans ce petit bout de France qui mérite le détour.

Texte Claudine Clabots et photos Francis Vrancken©