Archives mensuelles : juillet 2016

O’Meara – Premier témoignage de l’exil de Napoléon!

http://fr.wikipedia.org/wiki/Barry_Edward_O%27Meara

https://napoleoneeilsuotempo.files.wordpress.com/2014/08/19-agosto-ritratto-di-omeara.jpg

Barry Edward O’Meara accompagne Napoléon Ier à l’Île Sainte-Hélène et devient son premier médecin, en ayant été son chirurgien à bord du Bellerophon lors de la reddition de l’empereur. Il est connu comme l’auteur de Napoleon in Exile, or A Voice From St. Helena (1822), un livre où il accuse Hudson Lowe d’avoir maltraité l’empereur et d’avoir fait preuve d’inhumanité envers lui. Il raconte également avoir diagnostiqué une maladie chronique du foie de Napoléon Ier.

Préalablement à sa publication de 1822, O’Meara avait maintes fois prévenu les autorités à Londres, par l’intermédiaire d’un ami travaillant à l’Amirauté, de la situation sur place à Longwood et des traitements de Lowe envers le prisonnier Napoléon. Mais ces lettres privées n’ont pas été suivies d’effet, autre que l’expulsion d’O’Meara du corps de la Marine après son retour en Angleterre en 1818. Ces lettres ont été publiées pour la première fois en 20121.

chrono-adieux-napoleon-o-meara
chrono-adieux-napoleon-o-meara

http://www.lautresaintehelene.com/autre-sainte-helene-chronologie-1818.html

Barry Edward O’Meara est accusé (à raison) d’avoir joué double jeu : en renseignant Napoléon et le gouverneur Hudson Lowe. Il renseigne aussi, secrètement, l’un de ses amis, clerc à l’Amirauté à Londres. Ayant besoin de ses services, quoique n’appréciant guère le caractère trop indépendant du docteur, le gouverneur Hudson Lowe résiste longtemps au désir ardent d’expulser le médecin de Napoléon. Finalement l’ordre lui vient du ministre Bathurst lui-même, et Hudson Lowe doit obtempérer, non sans satisfaction, en juillet 1818. Napoléon n’a alors plus de médecin personnel jusqu’à l’arrivée du docteur Antommarchi, envoyé d’Italie par sa famille à Rome, en septembre 1819.

“Le but de Napoléon poursuivi dans sa transmission à O’Meara est de donner sa vision à lui de ce qu’il s’est passé selon son regard, ses jugements personnels avec un recul sur cette défaite de Waterloo qui le hante et le poursuit. Il veut également faire une mise au point avec ses accusateurs qui publient des versions qu’il réussit à obtenir par les journaux qu’il reçoit à Sainte-Hélène. Il souhaite dans ces mémoires laisser un image positive parce qu’il sait que son avenir demeure composé de sinistres nuages. Il  se reproche d’avoir participé aux vieux démons français, aux luttes intestines. Il s’agit d’une analyse dépassionnée. Le texte qu’il dicte ne se départit de sa dignité. Napoléon se défend et attaque :  “Appel de la nation! Le gouvernement sous son égide a rétabli l’ordre avec le soutien de la population. La coalition n’a pas tenu compte de ses Intentions pacifiques. Il attaque ses Maréchaux qui n’ont pas tenu compte de ses ordres! Les trahisons se sont accumulées. Il donne des conseils à distance”. C’est un flagrant délit d’interprétations qui ne vont que dans son sens. Pas d’auto-critique. Le merveilleux de sa carrière est entamée. “A Waterloo, j’avais l’instinct d’un destin malheureux“. Fouché et les puissances sont contre lui. Il est cohérent dans ses paroles, concomitant, et postérieur. Le moment Napoléonien des Cent-jours contribue à la légende.  Il aboutit a des conclusions qui le blessent. Les Cent-jours sont dispersé. Le vaincu fini par dicter son histoire. Napoléon devient le dictateur des historiens . (Propos de Thierry Lentz recueillis lors de la conférence du 07/03/2015 à Waterloo ).”

La défaite de Waterloo met un terme à l’idéal du Napoléon révolutionnaire et donne gain de cause à l’ancien système et “l’aristocratie”! Il y a eu beaucoup de rajoutes, de modifications et d’altérations des propos édités par O’Meara et l’histoire ne retient que ces derniers livres qui ne tiennent pas compte de cet instantané unique dans l’histoire puisqu’il avait obtenu la confiance de son désormais ami O’Meara qui, au péril de poursuites en Angleterre a publié le texte comme promis! Ce qui en fait un ouvrage de référence pour l’amateur de l’Histoire. Ci-dessous, vous trouverez les liens vers les ouvrages que j’ai pu collationner dans mes recherches sur internet.

Jacques JANSSENS

Un ouvrage a été publié en 2010 sous le titre (le texte introductif de wikipédia en est issu):

L'autre Sainte-Hélène - The other St Helena
http://www.lautresaintehelene.com/

 

Sur le site  http://www.napoleon.org/fr/magazine/plaisirs_napoleoniens/litterature_poesie/index.asp

“Il est bien précisé qu’ Il s’agit du premier témoignage du docteur O’Meara (1786-1836) après son expulsion de Sainte-Hélène le 25 juillet 1818 sur ordre du gouverneur anglais, Hudson Lowe, avec qui il était en désaccord”. ….

Aux éditions Tallendier (préface de Thierry Lentz): http://www.tallandier.com/auteur-467.htm (trois volumes)

© Tallandier 2010
© Tallandier 2010

Plusieurs autres ouvrages :

@ tallandier 2011
@ Tallandier 2011
@ Tallandier 2012
@ Tallandier 2012

_

Notes et références

  1. voir texte originel dans ouvrage en anglais Inside Longwood [archive]

Sources