01/03/1815 – Napoléon le Grand de retour de l’île d’Elbe!


Le débarquement de Napoléon à Vallauris
Débarquement de Napoléon à la Baye de Juan près d’Antibes, Carl-Heinrich RAHL

Le retour de l’Empereur

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cent-Jours

  • Le 1er mars, le débarquement, prévu à Saint-Raphaël, se fait à Vallauris. C’est en plein jour, au vu et au su de tous, que l’opération se déroule, devant les douaniers surpris. Un premier bivouac est installé sur le rivage de ce qui est désormais Golfe-Juan.Napoléon a prévenu le général Cambronne, qui commande l’avant-garde, de ne tirer aucun coup de fusil. La surprise et la rapidité sont les moyens essentiels de la réussite de cette opération. À la nuit, Napoléon arrive à Cannes par les dunes.
  • Le 2 mars, 64 km sont effectués jusqu’à Séranon où la troupe bivouaque dans la neige à plus de 1 000 mètres.
  • Le 3 mars, dès l’aube elle se met en marche pour atteindre Castellane. Napoléon est accueilli à la sous-préfecture.
  • Le 4 mars, par le col de Corobin, la troupe descend à Digne-les-Bains où elle retrouve la route qui court le long de la Bléone. Pendant que la petite armée bivouaque dans les jardins du château de Malijai, au confluent de la Bléone et de la Durance, Cambronne est parti en avant pour Sisteron.
  • Au petit matin du 5 mars, Napoléon se met en route par L’Escale et Volonne sur la rive gauche de la Durance, puis pénètre à Sisteron par la porte du Dauphiné.
  • Le 6 mars, la troupe quitte Gap.
  • Le 7 mars, jour le plus long, l’armée se met en route pour Grenoble. Cambronne marche avec quelques heures d’avance avec une compagnie de grenadiers et quelques estafettes polonaises. Il a ouvert la route en empêchant des soldats royalistes venus de Grenoble pour faire sauter le Pont-Haut, à l’entrée de La Mure, d’accomplir leur mission. Le général Marchand qui commande à Grenoble est décidé à arrêter Napoléon et à l’enfermer au fort Barraux. Il a envoyé le bataillon du commandant Lessard qui a pris position à Laffrey, défilé étroit entre la colline et le lac. C’est là que se déroule à la « Prairie de la Rencontre », ainsi nommée par Stendhal, la scène où Napoléon ouvrant sa redingote s’avance devant les soldats royalistes et leur crie : « Soldats du 5e ! Reconnaissez votre Empereur ! S’il en est qui veut me tuer, me voilà ! ». Les soldats du 5e d’infanterie de ligne se rallient.

La rampe de Laffrey descend sur Vizille où Napoléon passe devant le château de Lesdiguières. Il monte ensuite sur le plateau de Brié-et-Angonnes où il rencontre au hameau de Tavernolles le 7e régiment d’infanterie de ligne commandé par La Bédoyère venu à sa rencontre et qui se rallie également à Napoléon.

………………………………………………………………………………

(Le ralliement du 5e d’infanterie de ligne à l’Empereur, le 7 mars 1815).

L’Empereur redescend vers Eybens où une longue ligne droite mène à Grenoble et à la porte de Bonne que le général Marchand tient close. Il faut des heures pour que la population parvienne à l’enfoncer et c’est à la nuit que Napoléon entre place Grenette acclamé par la foule. Deux jours passés dans la ville de Grenoble ont permis à l’Empereur de recevoir les autorités, d’édicter les premiers décrets et d’envoyer, par Turin, un courrier à Marie-Louise, lui donnant rendez-vous à Paris.

  • Le 9 mars, dans l’après-midi, la colonne quitte Grenoble par la porte de France. Après un arrêt à Voreppe, nouvelle halte à Moirans, la troupe se remet en route et arrive à Bourgoin-Jallieu à trois heures, ville que Napoléon quitte finalement à quinze.
  • Le 10 mars, c’est l’entrée triomphale dans Lyon que le comte d’Artois, frère de Louis XVIII, aidé du maréchal Macdonald, aurait voulu défendre en barricadant le pont de La Guillotière.
  • Le 11 mars à Lyon, Napoléon passe en revue des troupes.
  • Il envoie un nouveau courrier à Marie-Louise le 12 mars, et promulgue 11 décrets.
  • Le 13 mars, départ de Lyon à 13 heures par Villefranche-sur-Saône où il est reçu à 15 heures par 60 000 personnes assemblées. Il est à Mâcon le soir. Le préfet Germain s’est enfui la veille, après avoir publié un libelle injurieux. La Garde l’a rejoint par coche sur la Saône.
  • Le 15 mars, départ de Chalon-sur-Saône, il prend la route de la Bourgogne, passe par Autun. Dans la nuit, le baron Passinges, un officier d’ordonnance du maréchal Ney qui est à Lons-le-Saunier, vient lui annoncer le ralliement de ce dernier.
  • Le 16 mars, départ d’Autun, pour se diriger vers Avallon par Chissey-en-Morvan.
  • Le 17 mars, Napoléon quitte Avallon, direction Auxerre, où il loge à la préfecture auprès du préfet Gamot, beau-frère du maréchal Ney.
  • Le 18 mars, l’empereur et le maréchal se rencontrent. La défection du maréchal Ney fait forte impression dans la capitale. La Garde, arrivée à Chaumont, aux ordres du maréchal Oudinot, rejoint Napoléon. À Auxerre, Napoléon écrit à Marie-Louise sa troisième lettre depuis son départ de l’île d’Elbe.
  • Le 19 mars, Napoléon a organisé la dernière étape qui le conduit à Paris. D’Auxerre à Sens par Joigny, pendant que l’Empereur galope, l’armée abandonne le roi. À Sens, le maire, François de Laurencin, vient se présenter. L’Empereur, qui redoute une révolution sanglante dans la capitale, lui dit : « Les avant-postes sont aux mains. Il n’y a pas un moment à perdre pour empêcher le sang de couler, et ma présence seule peut tout rallier ».Cette nuit-là, Louis XVIII part pour Beauvais. Le duc de Berry et le maréchal Marmont, qui commandait la maison du Roi, forment l’escorte. Tous les ministres partent dans la nuit. Le maréchal Macdonald fait passer l’ordre aux troupes du roi de se replier vers Saint-Denis pour se rendre à Beauvais. À la nuit, Napoléon et sa suite arrivent à Pont-sur-Yonne.Arrivé à Fossard, l’Empereur trouve les hommes du 13e dragons de l’armée du duc de Berry. Les officiers sont partis tandis que les simples dragons préfèrent rallier l’armée de l’Empereur. Dans la nuit, en route pour Melun où il croit trouver l’armée du duc de Berry, voyant les troupes échelonnées sans officiers, Napoléon décide de rentrer à Fontainebleau et bifurque par Moret-sur-Loing. Napoléon est toujours inquiet croyant Louis XVIII à Paris et redoutant un soulèvement populaire. Arrivé à Fontainebleau, la ville dort mais le château est illuminé.
  • Et l’on revient toujours à ses premiers amours (Bassompière – 1815)

     http://www.histoire-empire.org/ Napoléon descend du trône chamarré dans la fange boueuse, où se distingue des grenouilles (qui, dans les gravures anglaises, représentent fréquemment les forces révolutionnaires),  pour rejoindre un simple tabouret.Il cache sa couronne derrière son dos, tandis que son regard se porte sur son sceptre, couronné d’un bonnet phrygien : il sait à qui il doit son pouvoir.Cette caricature fait allusion au retour de l’île d’Elbe : il revient à la Révolution.  Napoléon avait déclaré ne vouloir s’attirer que la sympathie des Citoyens et des partisans de la Révolution.
  • Le 20 mars, le général Haxo qui pense rejoindre Louis XVIII, trouve les Tuileries quasiment désertes. À 7 heures, Lavalette a pris la direction de la Poste et prévient les maîtres de postes que l’Empereur sera là avant deux heures et donne l’ordre de ne plus fournir de chevaux sans autorisation. Lavalette interrompt la publication du Moniteur universel. Aux Tuileries, le ministre des Finances laisse 50 millions dans les coffres. L’Empereur est en route pour Paris.

À Paris à h 20, le drapeau tricolore flotte aux Tuileries, sur le dôme de l’Horloge aux Invalides à h 30. À h 45, au lycée Louis-le-Grand, Sadi Carnot par la fenêtre voit le drapeau hissé au sommet de la colonne Vendôme. Napoléon entre dans la capitale.

Les réactions au retour de l’Empereur

Le 18 mars, aux Pays-Bas, le prince d’Orange, souverain des Pays-Bas depuis quelques mois, publie une patente où il déclare prendre les titres de roi des Pays-Bas et duc du Luxembourg. À Bruxelles, il passe en revue les troupes, qui lui prêtent serment. La foule regarde passer l’état-major hollandais et vers le soir, les troupes descendent, ouvrir la voie aux alliés anglais annoncés. Ils passent par une chaussée pavée dans un village, comme tous les autres villages, Waterloo.

Les généraux Maison et Dessolles, fidèles au roi, viennent dire à Blacas, favori du roi, qu’ils se tiennent prêts à sacrifier leur vie en attaquant Napoléon. Mais que leur résistance ne serait jamais pardonnée et qu’en cas d’échec ils perdraient leur fortune et devraient s’exiler. Il leur fut compté à chacun 200 000 francs. La Bourse de Paris tombe à 66 francs, étant à 78 le 5 mars.

Autre débandade, chez les Libéraux, anciens conventionnels, ralliés et assis entre deux chaises, on s’esquive : La Fayette rentre en Auvergne. Madame de Staël ferme son salon.
Dans ce désarroi, Chateaubriand suggère de se ranger autour du roi pour se faire égorger. Seule Juliette Récamier garde la porte ouverte et Benjamin Constant, qui vient de terminer son Adolphe, écrit un article qui paraîtra dans Le Journal des débats : « Il reparaît, cet homme teint de notre sang ! cet Attila… »

Toujours le 18 mars, en Italie, Murat se met en marche pour Rome.

(Texte d’époque lu par Pierre Fresnay, les données historiques ne sont pas à jour mais l’écoute d’une voix du passé vaut le détour )!

Le 20 mars, à Vienne, en Autriche, l’Aiglon s’apprête à fêter ses 4 ans. À l’annonce du débarquement de son père, on lui a fait quitter le château de Schönbrunn pour le palais froid de la Hofburg plus facile à surveiller. Les sentinelles sont doublées et habillées en domestiques, avec ordre de surveiller les trois Français qui restent et qui ne vont pas tarder à partir, Madame de Montesquiou, Méneval et Bausset.

Le général Neipperg fait ses adieux à Marie-Louise. Il part prendre la tête d’une division en Italie contre le beau-frère Murat.

Ce même jour, à Londres, à la Chambre des communes, Samuel Whitbread, leader des Whigs, opposants à la lutte contre la France, se lève pour poser des questions au tout puissant Castlereagh, Premier ministre, qui vient de rentrer du Congrès de Vienne. « Est-ce bien le moment de relancer l’Angleterre dans une guerre sur le continent qui achèvera de nous épuiser ? Votre célèbre assemblée de Vienne a tant fait qu’elle a ramené Bonaparte sur la scène politique, elle l’y ramène investi d’une nouvelle force morale sur ses adversaires. Je voudrais savoir si les Puissances n’ont pas donné elles-mêmes à Bonaparte des sujets légitimes de plainte ? Le traité de Fontainebleau a-t-il été violé ? A-t-on refusé de payer la pension qu’on lui avait promise ? A-t-on essayé d’enlever au jeune fils de Bonaparte les duchés de Parme ? Si Bonaparte triomphe, il est vraisemblable que de grands revers lui auront mieux appris à juger ses véritables intérêts et que par conséquent, l’Angleterre pourrait rester en paix avec lui. »

Le 20 mars commence la période dite des Cent-Jours