HOME


  Plus que 1614 jours 16 heures 33 minutes 36 secondes avant le 05/05/2021, à 17h49, bicentenaire de la mort de Napoléon Le Grand…

La prudence est plus dangereuse que l'audace."Napoléon Bonaparte"

Hommage du 05-05-2016-jj

“Les Belges ont fourni à Napoléon vingt généraux, 175.000 conscrits et 50.000 morts sur tous les champs de bataille.” (Napoléon, empereur des belges p9-Jo Gérard)
“Ils avaient, en général, porté les armes pendant 5 ans et 2069 d’entre eux, en 1814, étaient décorés de la Légion d’honneur…

320_11372_lh_grand

Éphéméride mensuel Napoléon Bonaparte – Téléchargement de l’année : Ephémérides – calendrier napoléon

Plus tard, en 1858, Léopold 1er autorisera 13.500 vétérans des campagnes napoléoniennes à accepter la médaille de Sainte-Hélène créée par Napoléon III pour honorer les anciens combattants.”(Napoléon, empereur des belges p348-Jo Gérard) 320_11373_StHelene_grand
Le 112ème de Ligne fut créé par un Athois, Jean Baptiste l’Olivier et le 27ème Chasseur à cheval à Bruxelles, par le duc Louis-Prosper d’Arenberg. Ces deux corps auront un recrutement presque exclusivement belge pendant tout l’Empire.”(Napoléon, empereur des belges p242-Jo Gérard)

(LENTZ Thierry (préf.), VANDER CRUYSEN Yves, Waterloo démythifié – p42 – 93 – 143)!
La bataille dite de Waterloo s’est déroulée sur plusieurs territoires-p42 :
– 49% sur le territoire de Plancenoit (actuellement Commune de Lasne)
– 30% sur le territoire de Waterloo
– 21% en terres brainoises (Commine de Braine-l’alleud)

En ce qui concerne les pertes-p93 (tués, blessés ou disparus) :
– Waterloo : 46.000 – Essling : 40.000
– Leipzig : 110.000 – Eylau : 37.000
– Moskova : 90.000 – Friedland : 28.000
– Wagram : 42.000 – Austerlitz : 26.000

Comme l’écrivit Sacha Guitry dans une de ses œuvres, « il se pourrait que son issue désastreuse (à Napoléon), tragique et lugubre servît sa légende. Oui, peut-être valait-il mieux en fait que l’Europe entière, liguée contre lui, le poursuive, le cerne, à la fin l’enchaîne et l’immortalise. »
Napoléon vaincu par les Anglais à Waterloo, par ses irréductibles adversaires, puis enchaîné en Prométhée des temps modernes sur son rocher de Saint Hélène s’érigea en martyr de la paix et des droits des peuples, et ainsi que l’écrivit son ancien adversaire Chateaubriand : « De son vivant Napoléon a manqué le Monde, à présent mort, il le domine. » (Site de Clément Eoche Duval)

Le site Napoléon Bonaparte Belgique tente de réunir l’ensemble des informations relatives à l’histoire de Napoléon et de ses conséquences sur la Belgique (avant, pendant et après). Il n’est pas exhaustif tant la littérature est florissante, surtout en cette période. Pour l’histoire de la Belgique depuis ses origines, je vous recommande le site de Madame Annie Gurickx : http://www.histoire-des-belges.be/

Les documents et livres mis à votre dispositions sont gratuits et téléchargeables. Lorsque je place un document en provenance d’un autre site, j’en cite l’origine. Si vous disposez de documents que vous souhaitez partager sur ce site, n’hésitez-pas à me contacter par courriel napoleonbonapartebe@gmail.be

Je ne fais pas de tri sur base de critères en faveur ou contre Napoléon mais je tente de mettre des documents si possible d’époque qui puissent relater une situation, des faits, tels qu’ils étaient écrit à l’époque. Comme disait Napoléon : Qu’est-ce que l’Histoire, sinon une fable sur laquelle tout le monde est d’accord ? Il ne suffit pas d’une seule vie pour faire le tour de l’ensemble de son œuvre, tant elle est immense! Les progrès technologiques et la numérisation de documents anciens et rares peuvent permettre un nouvel éclairage à chaque nouvel ouvrage. La personne de Napoléon en elle-même est captivante, redoutable tant par ses prodiges que par ses heurts et malheurs mais il reste avant tout un citoyen parmi d’autres qui a acquis le titre de Napoléon le Grand. J’espère vous donner le goût à la découverte ou à la redécouverte de l’histoire qui continue à s’écrire au jour d’aujourd’hui! Le Mouvement Bonapartiste en est un exemple par la continuité contemporaine de son œuvre et de ses idées qui restent d’actualité et qui traversent le temps.

dessin de Girodet-Trioson Fait d'après nature à la chapelle de l'Empereur le 8 mars 1812Je ne suis pas seul, mon ombre reste collée à moi et parfois se détache légèrement. Moi qui pensait que nous étions nombreux en moi, je réalise que seule mon ombre me suit. Sans cette ombre, qui suis-je? Un être fragilisé par les aléas de la vie, ombre de moi-même et ombre de mon ombre? Je n’existe pas mais mon ombre me poursuit pour me rappeler à la vie. Comment pourrais-me décrire qu’à travers celle-ci qui au moins est une vérité qui peut me définir…Se définir soi-même étant l’équivalent de tenter de garder de l’eau dans la paume de sa main et de la voir lentement disparaître entre nos doigts usés, ce qui en reste est-il le Connais-toi toi-même de Socrate? Je suis seul! Avec mes tripes et boyaux, mon esprit qui pense penser mais qui ne fait que se déplacer tel un point perdu au milieu de l’océan. De cette solide solitude, je peux construire un pont vers les autres, ces autres qui me jugent ou qui me flattent mais je peux également les oublier et me réfugier dans ma sombre ombre, seule certitude de la pensée qui se vit et qui me permet d’exister! Sans l’ombre d’un doute, l’esprit se retire et sereinement accepte sa solitude qui fait son humanité! (Linuxicare)”

Jacques JANSSENS – Nivelles – Département de la Dyle

Sur le site Les Cuirassiers : vous trouverez une magnifique synthèse de l’histoire de la Belgique et du 3ème régiment de Lanciers. “Notre petit pays peut, de prime abord, sembler bien étrange à un observateur extérieur. Pourtant, malgré la complexité de ses institutions, la Belgique reste, dans son ensemble, très attachée à son drapeau, à son unité et à son Souverain. Le Roi est le ciment de la Nation. Il n’est ni flamand, ni bruxellois ni wallon, ni germanophone, mais belge… et donc tout cela en même temps.” http://users.skynet.be/les.cuirassiers/nouvellepage5.htm

La patrie reconnaissante
La patrie reconnaissante
Premier drapeau belge 1830
Premier drapeau belge 1830

http://www.standaard.be/cnt/dmf20150301_01555105 (Merci à Tanguy de Ghellinck pour le lien).

Il faut préciser que les couleurs du drapeaux signifient
Détermination (
NOIR) Générosité (JAUNE) et Courage (ROUGE).

je suis votre drapeau en 1831 !

NAPO
Détermination (NOIR) Générosité (JAUNE) Courage (ROUGE).

______________________

Je suis né le 23 janvier 1831.
Je suis le gardien de votre liberté.
Je suis le symbole de la raison pour laquelle vous vous êtes battus: l’indépendance.
Je suis l’inspiration du patriote Belge qui sacrifie ses biens et sa vie pour que vive la Belgique.
Je marche en silence avec chacun de vos honorés défunts.
Ma couleur noire représente la détermination.
Ma couleur jaune un symbole de générosité.
Ma couleur rouge la résistance, le courage, la force et la vaillance.
J’ai conduit vos parents, vos frères ou vos enfants dans bien des batailles.
J’ai flotté durant paix et guerres, lutte et prospérité et j’ai été respecté.
Honorez-moi, respectez-moi, défendez-moi, au prix de vos biens et de votre vie.
Ne laissez jamais vos ennemis me descendre de mon emplacement de peur que je n’y revienne jamais.
Maintenez allumé le feu du patriotisme, défendez énergiquement la Royauté Belge.
Œuvrez dans la droiture et je resterai pour toujours le rempart de la Paix et la Liberté pour tout le genre humain.
Image de la Patrie, emblème du devoir, symbole de l’honneur.
Je suis votre drapeau.

Centenaire de la Belgique

Au temps des aigles 1804-1815

 

Les citations qui suivent proviennent du site http://evene.lefigaro.fr/citations/napoleon-bonaparte

« L’art d’être tantôt très audacieux et tantôt très prudent est l’art de réussir. »

« On gouverne mieux les hommes par leurs vices que par leurs vertus. »

« Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille. »

« L’imagination gouverne le monde. »

« Les hommes de génie sont des météores destinés à brûler pour éclairer leur siècle. »

« La bonne politique est de faire croire aux peuples qu’ils sont libres. »

« On ne va pas chercher une épaulette sur un champ de bataille quand on peut l’avoir dans une antichambre. »

« Le mensonge n’est bon à rien, puisqu’il ne trompe qu’une fois. »

« Les affaires interminables sont celles où il n’y a pas de difficultés. »

« Les hommes sont comme les chiffres : ils n’acquièrent de valeur que par leur position. »

« Il faut vouloir vivre et savoir mourir. »

« La froideur est la plus grande qualité d’un homme destiné à commander. »

« Le grand orateur du monde, c’est le succès. »

« Les hommes sont ce qu’on veut qu’ils soient. »

« Le moyen d’être cru est de rendre la vérité incroyable. »

« Je sais, quand il le faut, quitter la peau du lion pour prendre celle du renard. »

« Le sot a un grand avantage sur l’homme d’esprit : il est toujours content de lui-même. »

« L’histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d’accord. »

« On ne conduit le peuple qu’en lui montrant un avenir : un chef est un marchand d’espérance. »

« Il n’y a qu’un secret pour mener le monde, c’est d’être fort, parce qu’il n’y a dans la force ni erreur, ni illusion ; c’est le vrai, mis à nu. »

« Tous les événements ne tiennent qu’à un cheveu. »

« La vie est un songe léger qui se dissipe. »

« La faute est dans les moyens bien plus dans les principes. »

« Un homme combattra plus pour ses intérêts que pour ses droits. »

« L’intelligence ne se mesure pas des pieds à la tête, mais de la tête au ciel. »

« Les grands écrivains sont des radoteurs estimés. »

« On peut s’arrêter quand on monte, jamais quand on descend. »

« Les règlements sont faits pour les médiocres et les indécis ; rien de grand ne se fait sans l’imagination. »

« La vérité historique est souvent une fable convenue. »

« Dans tout ce qu’on entreprend, il faut donner les deux tiers à la raison, et l’autre tiers au hasard. Augmentez la première fraction, et vous serez pusillanime. Augmentez la seconde, vous serez téméraire. »

« Avec de l’audace, on peut tout entreprendre, on ne peut pas tout faire. »

« Qu’est ce l’histoire, sinon une fable sur laquelle tout le monde est d’accord ? »